Perspolis

27

sept.
2016

Persépolis

Posted By : admin/ 525

Fondée par Darius Ier en 518 av. J.-C., Persépolis était la capitale de l’empire des Achéménides. Il a été construit sur une immense terrasse mi-artificielle, mi-naturelle, où le roi des rois a créé un impressionnant complexe de palais inspiré des modèles mésopotamiens. L’importance et la qualité des ruines monumentales en font un site archéologique unique.

 

Brève synthèse

Persépolis, dont les ruines magnifiques reposent au pied de Kuh-e Rahmat (montagne de la Miséricorde) dans le sud-ouest de l’Iran, est l’un des plus importants sites archéologiques du monde. Reconnue comme le joyau des ensembles achéménides (persans) dans les domaines de l’architecture, de l’urbanisme, de la technologie de la construction et des arts, la ville royale de Persépolis figure parmi les sites archéologiques sans équivalent et qui témoignent de manière unique d’une civilisation très ancienne. L’immense terrasse de la ville fut commencée vers 518 avant notre ère par Darius le Grand, roi de l’empire achéménide. Sur cette terrasse, les rois successifs ont érigé une série de palais somptueux sur le plan architectural, parmi lesquels l’imposant palais Apadana et la salle du trône (la «salle aux cent colonnes»).

Inspirés par les modèles mésopotamiens, les rois achéménides Darius Ier (522-486 AEC), son fils Xerxès Ier (486-465 AEC) et son petit-fils Artaxerxès Ier (465-424 AEC) construisirent un splendide complexe palatial sur un immense terrasse semi-artificielle. Cet ensemble de 13 hectare  d’approches majestueuses, d’escaliers monumentaux, de salles du trône (Apadana), de salles de réception et de dépendances est classé parmi les plus grands sites archéologiques du monde. La terrasse est une création architecturale grandiose, avec son double escalier d’accès, ses murs couverts de frises sculptées à divers niveaux, ses propylées assyrianesques (porte monumentale), ses gigantesques taureaux ailés sculptés et ses vestiges de grandes salles. En construisant soigneusement des toits plus légers et en utilisant des linteaux en bois, les architectes achéménides ont pu utiliser un nombre minimal de colonnes étonnamment fines pour soutenir les toits à ciel ouvert. Les colonnes étaient surmontées de chapiteaux élaborés; La capitale des doubles taureaux est typique: là où deux taureaux agenouillés, posés dos à dos, reposent sur leur double volute, étendent leur cou et leur tête jumelées directement sous les intersections des poutres du plafond.

 

Persépolis était le siège du gouvernement de l’empire achéménide, bien qu’il ait été conçu avant tout pour être un lieu de spectacle et un centre spectaculaire pour les réceptions et les fêtes des rois et de leur empire.

Critère (i): La terrasse de Persépolis, avec son double escalier d’accès, ses murs recouverts de frises sculptées à divers niveaux, ses propylées assyrianesques, ses gigantesques taureaux ailés et les vestiges de vastes salles, est une création architecturale grandiose. L’allégement étudié de la couverture et l’utilisation de linteaux en bois ont permis aux architectes achéménides d’utiliser un nombre minimal de colonnes étonnamment fines (1,60 m de diamètre pour une hauteur d’environ 20 m) dans les espaces dégagés. Ils sont surmontés de chapiteaux typiques où, reposant sur une double volute, les membres antérieurs de deux taureaux agenouillés, placés dos à dos, étendent leur cou et leurs têtes jumelées, directement sous les intersections des poutres du plafond.

 

Critère (ii): Cet ensemble d’approches majestueuses, d’escaliers monumentaux, de salles du trône (Apadana), de salles de réception et de bâtiments annexes est classé parmi les plus grands sites archéologiques du monde, parmi ceux qui n’ont pas d’équivalent et qui témoignent d’une qualité unique. une civilisation la plus ancienne.

 

Critère (iii): La terrasse de Persépolis continue d’être, comme son fondateur Darius l’aurait souhaité, l’image de la monarchie achéménide elle-même, le sommet où réapparaissent sans cesse les images du roi, ici en tant que conquérant d’un monstre. son trône par l’ennemi opprimé, et où défilent sans fin de longues cohortes de guerriers et de gardes sculptés, de dignitaires et de porteurs de tributs.

Intégrité

Les éléments et composants connus permettant d’exprimer la valeur universelle exceptionnelle du bien, y compris les vestiges archéologiques de la terrasse et des palais et bâtiments royaux connexes, sont situés à l’intérieur des limites du bien.

 

Le principal défi identifié pour l’intégrité du bien et de sa zone tampon consiste à contrôler ses frontières et ses frontières contre le développement agricole, industriel et de la construction. Les principales menaces potentielles sont la croissance de la ville de Marvdasht, les nouveaux développements de villages et l’arrivée d’industries polluantes. Ces menaces sont considérées comme en augmentation.

Authenticité

Les ruines archéologiques de Persépolis sont authentiques en termes d’emplacement et de cadre, de matériaux et de substance, de formes. L’emplacement actuel de la terrasse de Persépolis et de ses bâtiments connexes n’a pas changé au fil du temps. Les travaux de restauration ont soigneusement respecté l’authenticité des monuments en utilisant des technologies et des matériaux traditionnels en harmonie avec l’ensemble. Aucune modification n’a été apportée au plan général de Persépolis. De plus, il n’y a pas de reconstructions modernes à Persépolis; les vestiges de tous les monuments sont authentiques.

Exigences de protection et de gestion

L’ensemble de Persépolis a été inscrit sur la liste nationale des monuments iraniens au titre de l’article no. 20 le 15 septembre 1931. Les lois et réglementations nationales pertinentes concernant le bien comprennent la loi sur la protection du patrimoine national (1930, mise à jour en 1998) et le projet de loi de 1980 sur la prévention des fouilles clandestines et des fouilles illégales. Le bien inscrit au patrimoine mondial, qui appartient au gouvernement iranien, et sa zone tampon relèvent de la protection juridique et de la gestion de l’Organisation iranienne pour le patrimoine culturel, l’artisanat et le tourisme (qui est administrée et financée par le gouvernement iranien). Le bien et la zone tampon font également l’objet d’un plan directeur régional doté de sa propre réglementation. Un plan de gestion couvrant l’identification des frontières, la zone tampon, la propriété foncière, les priorités de conservation et les interventions de gestion programmées a été introduit en 2001. Base de recherche Persépolis, un bureau de gestion et de conservation créé à Persepolis en 2001, est responsable de l’enquête, conservation, restauration, réorganisation et présentation du bien. Le bureau offre une formation et une mise à niveau des compétences en coopération avec des universités et des instituts scientifiques en Iran et à l’étranger. Les ressources financières pour Persépolis proviennent des budgets national et provincial, ainsi que des frais d’admission sur les sites.

 

Le maintien de la valeur universelle exceptionnelle du bien au fil du temps nécessitera la création de systèmes de surveillance et d’évaluation des polluants atmosphériques, des conditions climatiques et des facteurs environnementaux; contrôler les limites et les limites du bien contre le développement agricole, industriel et de la construction; développer des indicateurs pour mesurer les effets de la croissance potentielle et du développement de la ville de Marvdasht et des nouveaux villages; et étudier, évaluer et éliminer tout impact négatif que cette croissance et ce développement pourraient avoir sur la valeur universelle exceptionnelle, l’intégrité ou l’authenticité du bien.

.