Étiquette : Sasanian

Takhte Soleyman

Takht-e Soleyman

Posted By : admin/ 465

Takht-e Soleyman

Le site archéologique de Takht-e Soleyman, dans le nord-ouest de l’Iran, est situé dans une vallée située dans une région montagneuse volcanique. Le site comprend le principal sanctuaire zoroastrien reconstruit en partie pendant la période Ilkhanide (XIIIe siècle) ainsi qu’un temple de la période sassanide (VIe et VIIe siècles) dédié à Anahita. Le site a une signification symbolique importante. Les dessins du temple du feu, du palais et de la configuration générale ont fortement influencé le développement de l’architecture islamique.

Brève synthèse

L’ensemble archéologique appelé Takht-e Soleyman («trône de Salomon») est situé dans une plaine isolée entourée de montagnes dans la province d’Azerbaïdjan occidental, au nord-ouest de l’Iran. Le site a une forte signification symbolique et spirituelle liée au feu et à l’eau – principale raison de son occupation depuis l’antiquité – et constitue un témoignage exceptionnel de la continuation d’un culte lié au feu et à l’eau pendant une période d’environ 2 500 ans. Ici, dans une composition harmonieuse inspirée par son cadre naturel, se trouvent les vestiges d’un ensemble exceptionnel d’architecture royale de la dynastie Sassanide de Perse (IIIe-VIIe siècles). Intégré à l’architecture du palais est un exemple exceptionnel de sanctuaire zoroastrien; cette composition chez Takht-e Soleyman peut être considérée comme un prototype important.

Un lac de la fontaine Artésien et un volcan sont des éléments essentiels de Takht-e Soleyman. Au cœur du site se trouve une plate-forme ovale fortifiée s’élevant à environ 60 mètres au-dessus de la plaine environnante et mesurant environ 350 m sur 550 m. Sur cette plate-forme se trouvent un lac artésien, un temple du feu zoroastrien, un temple dédié à Anahita (la divinité des eaux) et un sanctuaire royal sassanide. Ce site a été détruit à la fin de l’ère sassanide, mais a été relancé et partiellement reconstruit au XIIIe siècle. Environ trois kilomètres à l’ouest se trouve un ancien volcan, Zendan-e Soleyman(le prison de Soleyman), qui s’élève à environ 100 m au-dessus de ses environs. Au sommet se trouvent les vestiges de sanctuaires et de temples datant du premier millénaire avant notre ère.

Takht-e Soleyman était le principal sanctuaire pour le site du zoroastrisme, la religion d’État sassanide. Cette première religion monothéiste a eu un impact significatif sur l’islam et le christianisme; de même, les dessins du temple du feu et du palais royal, ainsi que l’aménagement général du site, ont fortement influencé l’évolution de l’architecture religieuse à l’époque islamique et sont devenus une référence architecturale majeure pour d’autres cultures, à l’est comme à l’ouest . Le site entretient également de nombreuses relations symboliques importantes, étant associé à des croyances bien plus anciennes que le zoroastrisme ainsi qu’à des personnages et légendes bibliques significatifs.

La propriété de 10 hectare  comprend également Tepe Majid, un monticule archéologique lié culturellement à Zendan-e Soleyman; la montagne à l’est de Takht-e Soleyman et la montagne Belqeis, à 7,5 km au nord-est, vestiges d’une citadelle de l’époque sassanide. Le patrimoine archéologique de l’ensemble Takht-e Soleyman est encore enrichi par la ville sassanide  (qui n’a pas encore été fouillée) située dans les zones paysagères de 7 438 hectares.

Critère (i): Takht-e Soleyman est un ensemble exceptionnel d’architecture royale joignant les principaux éléments architecturaux créés par les Sassanide dans une composition harmonieuse inspirée par leur contexte naturel.

Critère (ii): La composition et les éléments architecturaux créés par les Sasanide à Takht-e Soleyman ont eu une forte influence non seulement sur le développement de l’architecture religieuse de la période islamique, mais également sur celle des autres cultures.

Critère (iii): L’ensemble de Takht-e Soleyman est un témoignage exceptionnel de la continuation du culte lié au feu et à l’eau sur une période de quelque deux mille cinq cents ans. Le patrimoine archéologique du site est enrichi par la ville sassanide, qui reste à fouiller.

Critère (iv): Takht-e Soleyman représente un exemple exceptionnel de sanctuaire zoroastrien, intégré à une architecture de palais sassanide  dans une composition, qui peut être considérée comme un prototype.

Critère (vi): En tant que principal sanctuaire zoroastrien, Takht-e Soleyman est le site le plus important associé à l’une des premières religions monothéistes du monde. Le site entretient de nombreuses relations symboliques importantes, témoignant également de l’association d’anciennes croyances, bien avant le zoroastrisme, ainsi que d’associations avec d’importantes figures et légendes bibliques.

Intégrité

Les éléments et composants connus permettant d’exprimer la valeur universelle exceptionnelle du bien, y compris le lac et le volcan, se trouvent dans les limites du bien, ainsi que des vestiges archéologiques liés au sanctuaire zoroastrien et des vestiges archéologiques liés à l’architecture royale de la dynastie sassanide. Les toits de maçonnerie se sont effondrés dans certaines zones, mais les configurations et les fonctions des bâtiments restent évidentes.

Le climat de la région, en particulier la longue saison des pluies et les variations extrêmes de température, ainsi que l’action sismique constituent les principales menaces pour l’intégrité des matériaux de pierre et de maçonnerie d’origine. Les risques potentiels à l’avenir comprennent les pressions liées au développement et la construction d’installations pour les visiteurs dans les zones tampons autour des sites. En outre, il existe un conflit potentiel entre les intérêts des agriculteurs et des archéologues, en particulier dans le cas où des fouilles sont entreprises dans les champs de la vallée.

Authenticité

L’ensemble archéologique de Takht-e Soleyman est authentique par ses formes et sa conception, ses matériaux et sa substance, son emplacement et son cadre, ainsi que, dans une certaine mesure, par l’usage et l’esprit du temple du feu. Récemment excavées, les restaurations et reconstructions du bien archéologique sont relativement limitées à ce jour: une partie du mur extérieur près de l’entrée sud a été reconstruite, en utilisant pour la plupart des pierres d’origine récupérées des restes tombés; et une partie des voûtes en brique des structures du palais ont été reconstruites à l’aide de briques modernes, mais selon le même schéma que l’original.Dans l’ensemble, ces interventions peuvent être considérées comme nécessaires et ne compromettent pas l’authenticité du bien, qui conserve son aspect de ruine historique. L’ancien temple du feu accueille encore des pèlerins lors de cérémonies zoroastriennes.

Exigences de protection et de gestion

Takht-e Soleyman a été inscrit sur la liste du patrimoine national de l’Iran en 1931 et il est soumis à la protection légale conférée par la loi sur la protection des trésors nationaux (1930, mise à jour en 1998) et la charte du droit iranien à la protection du patrimoine culturel (n 3487-Qaf, 1988). Le bien inscrit au patrimoine mondial, qui appartient au gouvernement iranien, est sous la protection juridique et la gestion de l’Organisation iranienne pour le patrimoine culturel, l’artisanat et le tourisme (qui est administrée et financée par le gouvernement iranien). Agissant en son nom, la base du patrimoine mondial de Takht-e Soleyman est responsable de la mise en œuvre des programmes d’archéologie, de conservation, de tourisme et d’éducation, ainsi que de la gestion du site. Ces activités sont financées par l’Organisation iranienne du patrimoine culturel, de l’artisanat et du tourisme, ainsi que par un appui international occasionnel. Le plan de gestion actuel, préparé en 2010, organise des stratégies et des activités de gestion sur une période de 15 ans.

 

Le maintien de la valeur universelle exceptionnelle du bien au fil du temps nécessitera des observations périodiques sur place afin de déterminer si le climat ou d’autres facteurs auront un impact négatif sur la valeur universelle exceptionnelle, l’intégrité ou l’authenticité du bien; et en appliquant des normes et techniques scientifiques reconnues sur le plan international pour protéger correctement les monuments lors de la réalisation de projets de stabilisation, de conservation ou de restauration destinés à remédier à ces impacts négatifs.